Le blog

Le Voyage Solidaire : une aventure humaine

Un projet de voyage est toujours une grande aventure ! Avant toute chose, il faut définir le type de voyage que nous souhaitons réaliser. De multiples possibilités s’offrent alors à nous. Parmi celles-ci, le voyage solidaire peut être envisagé. Mais avant de vous lancer, un petit tour d’horizon concernant ce tourisme qui séduit de plus en plus les nouvelles générations (et les anciennes !), conscientes de l’impact que peut avoir leur séjour sur les populations locales, paraît indispensable. Plutôt que de grands discours, prenez 2 minutes de votre temps pour visionner cette vidéo et vous faire une idée plus précise du sujet …

Comme vous l’avez compris, le voyage solidaire s’inspire du commerce équitable. Il s’agit d’une forme de voyage qui se veut respectueuse de l’environnement et de la biodiversité mais aussi des populations et des cultures rencontrées au cours du séjour. Le principe est de favoriser les rencontres et les échanges entre la population locale et les voyageurs. Les locaux deviennent les principaux interlocuteurs des voyageurs qui sont accueillis, nourris et logés au coeur des villages. En immersion chez l’habitant, les voyageurs sont sensibilisés aux traditions, aux coutumes, et à l’environnement dont dépendent les communautés. Ils participent ainsi à une économie sociale et solidaire. Cette approche responsable, en plus d’améliorer les conditions de vie, permet également la création d’emplois viables et durables pour la population. Cette création d’emploi, en accord avec les principes du voyage solidaire, entraîne une rémunération plus juste et un salaire souvent au dessus de la moyenne nationale du pays.

Pour que l’approche soit dite solidaire, il faut, d’une part, que la distribution des tâches et des ressources soit discutée d’un commun accord avec tous les membres du projet. Les prestataires employés ne peuvent donc pas être des sociétés privées classiques. Il est nécessaire de recourir en partie à des coopératives indigènes ou agricoles, à des associations ou à des regroupements de villageois. D’autre part, le voyagiste qui organise est tenu de s’associer d’une manière ou d’une autre à des projets de solidarité dans les régions ou pays visités. Par exemple, en consacrant une partie non négligeable du prix du voyage au financement d’actions de développement local ou à un projet social sur place. Une autre option est  possible : dans une logique participative, le voyageur peut prendre part physiquement au projet de développement pendant une période définie à l’avance.

Ainsi, grâce au voyage solidaire, les vacanciers ont la possibilité de visiter une région ou un pays dans le strict respect de la nature environnante, tout en ayant la certitude que les sommes dépensées vont profiter aux populations locales, et ne seront pas accaparées par des intermédiaires. Cette forme éthique de tourisme leur permet également de nouer des contacts plus sains avec les populations locales et s’éloigne de la vision réductrice et déformée imposée par le tourisme de masse.

De plus, en finançant des projets de développement ou en participant à ceux-ci, les voyageurs solidaires participent activement à l’amélioration des conditions de vie des villageois. Cela se traduit de manière concrète par la construction d’un puits dans un village pour favoriser l’accès à l’eau potable ou par l’installation de panneaux solaires pour un apport en électricité …

Solidarité par un apport de fournitures scolaires

Ce tourisme communautaire se réalise bien évidemment en petit groupe, loin des grandes infrastructures touristiques. Le voyagiste en charge de cette aventure humaine doit être un acteur de l’économie sociale et solidaire. Géolien vous oriente vers ces spécialistes en choisissant « voyage solidaire et humain ». La naissance du voyage solidaire est intimement liée au monde associatif qui s’est longtemps concentré sur l’unique aspect social. L’Association pour un Tourisme Equitable et Solidaire (ATES) est un pionnier dans le domaine et rassemble plusieurs dizaines d’associations de solidarité internationale qui proposent des voyages équitables et solidaires. Par ailleurs, l’association ATR (Agir pour un Tourisme Responsable) permet d’assurer la transparence et la cohérence des actions mises en place. Cette association est une source précieuse d’informations qui permettent de sensibiliser et d’enclencher une démarche responsable efficace. L’ATR a notamment développé un label dont les contrôles sont effectués par un organisme de garantie compétent et indépendant : ECOCERT.

En conclusion, le voyage solidaire est une expérience à taille humaine basée sur la rencontre, l’échange et l’entraide avec des populations dans le besoin. Voyager solidaire, c’est vivre des moments authentiques, c’est être responsable et c’est penser durable. C’est découvrir l’Autre et c’est possible partout et pour tout le monde ! 

Une citation de Marc Thiercelin pour finir : «Voyager c’est grandir. C’est la grande aventure. Celle qui laisse des traces dans l’âme. » 

Un commentaire

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *